dimanche 30 septembre 2012

30 septembre, Paris, la miroiterie bientôt fermée

Sa fermeture avait déjà été maintes fois annoncée, mais, après le procès, il semblerait que cette fois-ci ce soit la bonne. La miroiterie devrait fermer bientôt, peut-être à la mi-octobre. Ce squat, l'un des plus vieux de Paris, a permis d'organiser beaucoup de choses, dans sa petite salle, des centaines de concerts, des événements tels que ceux du Festival des Résistances et des Alternatives de Paris qui y allait surtout à ses débuts. Ce soir, j'y passe par hasard et je tombe sur l'excellent groupe Jean-Louis, dans une des soirées de concert et boeuf, rock-jazz, qui ont lieu tous les dimanches soir.

samedi 29 septembre 2012

30 septembre 2012, la Cie Méliadès à Aubervilliers

Ce samedi, à Aubervilliers, au parc de Stalingrad, invitée par le théâtre de la Commune, la Compagnie Méliadès présente son spectacle "La ville éphémère". Pour moi, le spectacle est autant chez les spectateur-trice-s en face de la scène. C'est un spectacle sans parole pour pour les adultes comme les très petits. Devant nous, une ville se construit et s'effondre, ...

dimanche 23 septembre 2012

23 septembre 2012, Paris, Festiv' Aligre

Cette année, le Festiv'Aligre, avec beaucoup plus de choses dans la rue, a pris la place du festival de films, et c'est très réussi, pour le lien avec le quartier, pour la récupération de l'espace public. Le vendredi soir, j'assiste à la projection du film "Touche pas à la femme blanche !" de Marco Ferreri, une parodie de western dans Paris, que j'aime beaucoup. Après le film, une petite ballade nous fait découvrir quelques nouveaux panneaux de la ville de Paris. Il y a aussi des portes sur les trottoirs.
Le dimanche, il y a plein de jeux sur la place, c'est tout simple, et ça marche très bien. Cela me rappelle la fête de la rue Pasteur à Saint-Ouen, ou la fête des Thermopyles dans le 14e. Aux thermopyles, je prenais déjà il y a une dizaine d'année des photos du genre de celle du maquillage des enfants.

22 septembre 2012, Montreuil, pour la paix au Mali

J'arrive au Palais des Congrès de Montreuil, au "grand rassemblement pour la paix au Mali, concert de solidarité" attiré par l'affiche musicale, Check Tidiane Seck et ses invités : Manu Dibango, Amadou et Mariam, une quarantaine de groupes ou artistes, sans vraiment savoir de quel type d'événement il s'agit. L'après-midi est consacré aux débats qui, commençaient selon l'affiche à 14h, et qui ont duré en réalité jusqu'à 22h. De nombreux intervenant-e-s se succèdent. J'apprends que le Parti Socialiste a aidé à l'organisation, en particulier le député de Montreuil. La salle se remplit de 2 à 3 000 personnes, la plupart assises, la plupart d'origine malienne. Toutes les personnes assises ne bougeront quasiment pas de leur chaise jusqu'à la fin ! C'est ainsi que je comprends la détermination du public.
Parmi les intervenants, je remarque particulièrement le Secrétaire National du PS, Pouria Amirshahi, pour sa capacité à ne rien dire. Il faut dire que j'ai perdu l'habitude d'écouter les politiciens. Pour lui, la nouvelle politique à définir, - ainsi, il admet que le PS n'a pas encore défini de politique africaine, mais, je m'en doutais - passe par une nouvelle relation avec le "Sud de la Méditerranée". Est-ce un lapsus? ou juste une confusion avec le meeting des tunisiens dans cette même salle le 14 janvier ?
Mais, le secrétaire national est rapidement battu sur son terrain par Elisabeth Guigou, la présidente de la Commission des Affaires Etrangères, qui réussit brillamment à ne rien dire du tout au public malien enthousiaste de Montreuil. C'est bien difficile de s'exprimer en étant tenu-e au secret défense, chacun l'aura compris. La télé malienne est là pour filmer, et je devine que l'essentiel est le message que la diaspora malienne est sensé transmettre à la population malienne via la télévision, avec un message de soutien de l'état français en prime.
Après l'ambassadeur du Mali en France, le ministre des Affaires Etrangères malien, Tiéman Coulibaly, prend la parole, et éclaire finalement l'assistance. Il entre dans le vif du sujet, cette fois. Il parle de "guerre de civilisation" "contre l'obscurantisme". Cette expression de lutte contre "l'obscurantisme" sera ensuite reprise régulièrement par l'animateur du concert.
Le député de Montreuil, Razzy Hammadi, est satisfait de la réussite de l'événement. Pour les élu-e-s locaux, le député et madame la maire, Dominique Voynet, c'est en effet un grand succès.
 La présence de musiciens touaregs est mise en avant, pour symboliser l'unité du pays à retrouver.
Soudain, le rappeur Rocking Squat, vient casser l'ambiance consensuelle, en venant parler de Françafrique alors qu'on lui a demandé de ne pas le faire. Il n'est pas très précis dans ses accusations, mais çà fait du bien d'entendre une voix discordante.
Le guitariste Baba Salah, virtuose, représente "l'avenir de la musique malienne". Un chanteur très sympathique, relativement efféminé, et originaire du Nord du Mali vient avec lui ambiancer le palais du congrès: il doit y avoir un message sous-entendu, et, il est très applaudi. Dans cette journée, la place des femmes est aussi mise en évidence. Suivant la consigne, le public ne danse pas, et quelques personnes viennent donner des billets aux artistes. Fatigué, je quitte vers 2h30 du matin, alors que les milliers de personnes ne bougent toujours pas et semblent prévoir de tenir jusqu'au bout de la nuit. Tout cela est assez extraordinaire !

samedi 22 septembre 2012

22 septembre 2012, Montreuil, Valls comme Guéant

Ce campement est tout récent, il s'agit sans doute de rroms expulsé-e-s sous l'ordre du Ministre de l'intérieur. Revoilà la médiocrité socialiste dans toute sa splendeur. Le scandale continue. "La posture paranoïaque induite par la politique des dernières années est mentalement intégrée, et les dégâts sont considérés comme ‘presque normaux’. La justice est évoquée comme excuse pour ne pas annuler les actions de destruction des campements et d’expulsions, comme raison du maintien de méthodes pourtant xénophobes et discriminatoires, là où cette justice cautionne l’injustice. La répression policière est gérée selon un équilibre à établir et maintenir, pour assurer, sans causer de déshonneur, la continuité des institutions." (TOhu BOhu, septembre 2012)

jeudi 20 septembre 2012

20 septembre 2012, Aubervilliers, conférence sur le Mali

Pierre, Boilley, le directeur du CEMAF, Centre d'Etudes des Mondes Africains, professeur d'histoire de l'Afrique à Paris I - Panthéon Sorbonne, s'est déplacé à la librairie les Mots Passants à Aubervilliers, pour parler du Mali. Les derniers mois, j'ai plusieurs fois entendu des maliens de la société civile ou des partis politiques, le regard de l'historien est plus neutre, le discours, plus didactique, on comprend mieux les spécificités culturelles, sociologiques, qui interfèrent avec la dimension militaire des événements. Il termine sur quelques hypothèses pour la suite, mais l'incertitude domine, et il y a peu de préconisations définissables, si ce n'est peut-être, celle d'une exigence d'un arrêt du soutien du Qatar aux différentes forces armées qui tiennent le Nord-Mali.

dimanche 16 septembre 2012

14, 45, 16 septembre, l'Afrique à la Fête de l'Huma

Je calcule cette année, qu'il s'agit de la septième année que je suis à la fête de l'Humanité à suivre les débats sur l'Afrique, avec Survie, en particulier. Sur le stand de cette association et du CADTM ont lieu des débats sur la dette, la situation au Gabon, au Mali.
Le samedi, a lieu le débat "Gabon : un pays d’Afrique centrale peut-il sortir de la dictature ?", avec Marc Ona et Georges Mpaga du Collectif Cà suffit comme cà !. La discussion est très stimulante, une grande bouffée d'optimisme. Il y a 1 an, Marc Ona nous disait "La peur a changé de camp", c'était 2 ans après l'inversion des résultats de la présidentielle au profit d'Ali Bongo. Alors que le pays traverse une crise aux multiples aspects, aujourd'hui, les 2 leaders de la société civile gabonaise expliquent leur exigence d'une Conférence Nationale Souveraine dans les prochains mois, allant vers une Assemblée Constituante, et une commission type "Vérité Justice et Réconciliation" chargé de veiller, entre autres, à la restitution des Biens Mal Acquis. Il est aussi beaucoup question du lien entre les états français et gabonais et de la politique française qui devrait maintenant soutenir la démocratisation en Afrique, thème qui sera rediscuté le lendemain au débat "Quelle opportunité de changement de la politique française en Afrique ?".
Le débat du Village du Monde, le dimanche midi, sur l'Afrique et les politiques libérales, me permet d'écouter Mansour Sy Jamil, du mouvement Citoyen sénégalais "Bes du Niak", vice-président de la nouvelle Assemblée Nationale en 2012, qui a dénoncé les codes miniers en Afrique trop favorable aux sociétés minières, et ainsi insisté sur les possibilités d'avancer grâce à la démocratie.
Le responsable international du PCF, Jacques Fath a invité les responsables de nombreuses organisations africaines et quelques membres d'associations françaises à une rencontre informelle, pendant laquelle il a indiqué les directions sur lesquelles travaille le PCF concernant l'Afrique. Des députés ont déjà déposé cet été des demandes de commission d'enquête parlementaire sur la force Licorne en 2011, et sur la coopération militaire et policière avec la dictature au Cameroun. Une 3e devrait suivre, portée par le Front de Gauche et Europe Ecologie les Verts, sur l'assassinat de Thoma Sankara. Ce week-end, il est d'ailleurs beaucoup question du Burkina Faso puisque François Hollande recevra deux jours après Blaise Compaoré, ce qui augmente encore les inquiétudes sur la volonté du président français et de son ministre des affaires étrangères d'en finir avec la Françafrique, quelque soient les enjeux des rencontres diplomatiques concernant le Mali.
Enfin, le week-end se termine au stand de Survie, par un débat, qui attire un large public, sur le conflit et la crise au Mali, avec les interventions de Amadou Tieoulé Diarra, de la Ligue malienne pour la justice (LJDH), Kethery Doumbia, du Front Nouveau Citoyen (FNC), et Pr. Issa Ndiaye, Président du Forum Civique.

jeudi 13 septembre 2012

13 septembre 2012, Paris, Publiez-ce-que-vous-payez

Quelques jours après l'adoption par le régulateur des marchés financiers américains, la Securities and Exchange Commission (SEC), à Wall Street, des règles nécessaires  à l’entrée en vigueur de la Loi Dodd-Franck, une réunion se déroule au Secours Catholique avec plusieurs représentant-e-s du réseau Publiez-ce-que-vous-payez, le gabonais Marc Ona (sur la photo) (pétrole), Aminita Touré Barry (Mali, or), Ali Idrissa (Niger, uranium), Brice Mackosso et Christian Mounzéo (Congo-B, pétrole), accompagnés des responsables des associations françaises, Oxfam, Félix Delhomme, et Secours Catholique, Grégoire-Niaudet. Brice Mackosso explique que la transparence progresse au Congo-Brazzaville, avec 75 à 80% des revenus du pétrole maîtrisés, par contre, le dictateur gabonais, Ali Bongo, a, lui, bloqué tous les travaux de l'Initiative pour la Transparence des Industries Extractives. Marc Ona, qui milite également pour la fin de la dictature au Gabon, rappelle donc l'importance de la 'bonne gouvernance'. Il est également question du vote par le parlement européen, dans les jours qui viennent de la directive pour la transparence des industries extractives (signer la pétition à ce sujet). Le réseau Publiez-ce-que-vous-payez se réunit simultanément au vote du parlement européen à Amsterdam. Il a réussi ces dernières années à faire avancer la transparence sur les revenus, et commence à se concentrer sur la transparence des contrats, nécessaire pour aller au-delà. Brice Mackosso insiste également sur le 'juste prix' et sur l'utilisation de l'argent du pétrole, qui devrait aller prioritairement vers les besoins des populations.

mercredi 12 septembre 2012

12 septembre 2012, Paris, Kiala au WarmUp show

Hilaire Penda a contacté pour ce nouveau WarmUp Show, à l'Alimentation Générale, un programme exceptionnel avec le passage de Kiala, le 'King K'. Je ne peux pas m'empêcher de concentrer mon objectif sur ce chanteur guitariste, tellement sa musique me plaît. J'y entends quelque chose d'un style universel, qui a voyagé entre l'Afrique, l'Amérique, et l'Europe. Il est secondé par des musiciens de grande qualité, en particulier par un second guitariste, à la fois mélodique, et rythmique, et, j'aime vraiment au niveau rythmique ce concert-bœuf, et l'ambiance extraordinaire qui se dégage.

lundi 10 septembre 2012

Du 1er au 9 septembre, Paris, Festival Silhouette

Il y a de plus en plus de monde au festival Silhouette au parc des Buttes Chaumont. J'ai du mal à me concentrer sur les photos, là-bas. Je vois de très bons courts-métrage cette année, comme par exemple, "Boro in the box" de Bertrand Mandico, "La sole, entre l'eau et le sable" d'Angèle Chiodo, ou "Le garçon lumière" de Jérémy Van der Haegen, 3 films primés. Mais il y a aussi de petits films conceptuels rafraichissants comme "Cold Star" de Kai Stänicke ou "River Rites" de Ben Russel.