dimanche 16 septembre 2012

14, 45, 16 septembre, l'Afrique à la Fête de l'Huma

Je calcule cette année, qu'il s'agit de la septième année que je suis à la fête de l'Humanité à suivre les débats sur l'Afrique, avec Survie, en particulier. Sur le stand de cette association et du CADTM ont lieu des débats sur la dette, la situation au Gabon, au Mali.
Le samedi, a lieu le débat "Gabon : un pays d’Afrique centrale peut-il sortir de la dictature ?", avec Marc Ona et Georges Mpaga du Collectif Cà suffit comme cà !. La discussion est très stimulante, une grande bouffée d'optimisme. Il y a 1 an, Marc Ona nous disait "La peur a changé de camp", c'était 2 ans après l'inversion des résultats de la présidentielle au profit d'Ali Bongo. Alors que le pays traverse une crise aux multiples aspects, aujourd'hui, les 2 leaders de la société civile gabonaise expliquent leur exigence d'une Conférence Nationale Souveraine dans les prochains mois, allant vers une Assemblée Constituante, et une commission type "Vérité Justice et Réconciliation" chargé de veiller, entre autres, à la restitution des Biens Mal Acquis. Il est aussi beaucoup question du lien entre les états français et gabonais et de la politique française qui devrait maintenant soutenir la démocratisation en Afrique, thème qui sera rediscuté le lendemain au débat "Quelle opportunité de changement de la politique française en Afrique ?".
Le débat du Village du Monde, le dimanche midi, sur l'Afrique et les politiques libérales, me permet d'écouter Mansour Sy Jamil, du mouvement Citoyen sénégalais "Bes du Niak", vice-président de la nouvelle Assemblée Nationale en 2012, qui a dénoncé les codes miniers en Afrique trop favorable aux sociétés minières, et ainsi insisté sur les possibilités d'avancer grâce à la démocratie.
Le responsable international du PCF, Jacques Fath a invité les responsables de nombreuses organisations africaines et quelques membres d'associations françaises à une rencontre informelle, pendant laquelle il a indiqué les directions sur lesquelles travaille le PCF concernant l'Afrique. Des députés ont déjà déposé cet été des demandes de commission d'enquête parlementaire sur la force Licorne en 2011, et sur la coopération militaire et policière avec la dictature au Cameroun. Une 3e devrait suivre, portée par le Front de Gauche et Europe Ecologie les Verts, sur l'assassinat de Thoma Sankara. Ce week-end, il est d'ailleurs beaucoup question du Burkina Faso puisque François Hollande recevra deux jours après Blaise Compaoré, ce qui augmente encore les inquiétudes sur la volonté du président français et de son ministre des affaires étrangères d'en finir avec la Françafrique, quelque soient les enjeux des rencontres diplomatiques concernant le Mali.
Enfin, le week-end se termine au stand de Survie, par un débat, qui attire un large public, sur le conflit et la crise au Mali, avec les interventions de Amadou Tieoulé Diarra, de la Ligue malienne pour la justice (LJDH), Kethery Doumbia, du Front Nouveau Citoyen (FNC), et Pr. Issa Ndiaye, Président du Forum Civique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire