dimanche 20 septembre 2015

19 septembre 2015, Aubervilliers, Tuvalu

Mais quelle est donc cette étrange discussion derrière les barreaux ? A moins que ce ne soit moi qui sois derrière. Mais quel est donc cet étrange lieu dans Aubervilliers ? Certes nous sommes au Passage Henri Alleg à deux pas du centre ville, dans une espèce de parking vide destiné à accueillir le marché à partir de novembre et pendant la durée des travaux du métro, mais encore... ?
Ne voit-on pas quelques arbres au milieu d'une scène, ce qui pourrait troubler jusqu'à Guy Debord dans sa tombe ? Est-ce que ce grillage qui enferme n'est pas magnifique ? Est-ce une œuvre d'art ou le résultat d'une réflexion urbanistique ? Il paraît que le matin, la lumière au levée du soleil est magnifique et met en valeur l'architecture brinquebalante de la place. 
Ouvert et fermé, clé pour protéger et clé pour fermer l'accès, visible et caché, soleil et pluie, nature et béton, écologie et social, commerce et gratuité, amateur et professionnel, élu-e-s et habitant-e-s, associations et salariés, associations et collectif, privatif et collectif, liberté et contraintes, créativité et régulation, responsabilité et paresse, beauté et médiocrité, idées et passivité, méfiance et mélange des genres et des gens, fleurs et merdes de chien, respect et toilettes sauvages, café et thé, vin rouge au jardin et bière au bar, plantes et cailloux pour s'asseoir, entre-deux et esthétique du paradoxe ... 
Mais à quoi cela va-t-il donc servir ?! Mais qu'est-ce qui va se passer ?!
Il est là, il est installé le Tuvalu! Sa scène, déjà inaugurée à la fête des assos, n'attend plus que des artistes et des discours de tous poils avec ou sans marché... théâtre, concerts, poésie, projections, distribution de tracts, rencontres ... Ce samedi, une présentation, une discussion avaient lieu pour discuter du temps qui vient autour de cet espace, et un peu de poésie sortait du mystère, comme les plantes d'au milieu du béton et les arbres du milieu de la scène.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire