mercredi 4 septembre 2019

3 septembre 2019, Paris : Cameroun : soirée de soutien d’Amnesty à Valséro

Voilà maintenant 7 mois que le rappeur camerounais est emprisonné au Cameroun en raison de son engagement contre la dictature de Paul Biya. Le 26 janvier 2019, les partisans de Maurice Kamto et Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) organisaient des marches pour protester contre les manipulations dans le processus électoral de la présidentielle du 7 octobre 2018, et, le même jour que de nombreux partisans de Kamto, Valséro a été arrêté et accusé de 8 infractions délirantes.   
Un procès est prévu le 6 septembre 2019 dans un tribunal militaire. Amnesty France et la Campagne #FreeValsero organise une soirée de soutien. Le documentaire de 52 minutes « Un piment sur les lèvres » de Laurène Lepeytre (2015) présente l’artiste. Il s’engage par les paroles de ses chansons, par exemple en disant « Quitte le pouvoir avant qu’il ne te quitte » ou en parlant de la « zombification » de la population, dans l’organisation des concerts, ou dans des contacts avec d’autres camerounais engagés. D’autres événements de la campagne de libération sont organisés, entre autres, à Berlin, à Madagascar, au Congo Brazzaville, au Sénégal, et surtout au Burkina Faso, où est prévu un concert.
Après le film, le rappeur burkinabé Smockey, du Balai citoyen, la réalisatrice du documentaire Laurène Lepeytre et Delphine Lecoutre, responsable Afrique centrale d’Amnesty France, prennent la parole. Smockey exprime la solidarité des mouvements citoyens africains rassemblés dans Afrikki. Il rappelle la lutte victorieuse du Balai citoyen autour de la musique, du rap et du reggae, au Burkina Faso. Selon lui, « deux mondes parallèles » sont séparés par « un fossé », quand des présidents « ne se rendent pas compte à quel point leur manière de gouverner est dépassée ». Delphine Lecoutre explique l’arrestation de Valséro, son interrogation pendant deux semaines, les huit infractions passible de « peine de mort ». D’autres prisonniers libérés en Juin ont été torturés. Elle demande de faire le maximum pour diffuser la pétition d’Amnesty.
Le débat revient sur la situation désastreuse du Cameroun. Il est question du tribalisme, de la Françafrique, du silence des media, de la peur de la population, de la répression, des régions anglophones dans lesquelles la population fuit cette répression et est en danger. Smockey rappelle qu’il ne sert à rien de renvoyer toujours vers la responsabilité de la France, cette « nation en déclin ». Dans la salle, la militante de l’UPC, Augusta Epanya, rappelle l’historique du Cameroun, la « chape de plomb » qui touche tout le monde, le niveau de dictature très élevé, comme le prouve le choix d’un tribunal militaire.
Delphine Lecoutre évoque le plaidoyer d’Amnesty vers les élu-e-s, qui n’est pas public. Laurène Lepeytre signale des actions, elles aussi discrètes, des diplomates français, européens, onusiens surtout par rapport à Maurice Kamto et aux prisonniers. Smockey insiste sur la nécessité d’une mobilisation populaire au Cameroun (et dans la diaspora). Le débat se conclut sur la mobilisation sur les réseaux sociaux à laquelle il faut donner plus d’ampleur. De nouvelles actions sont entreprises en ce sens pour terminer la soirée.
Régis Marzin, paris, 4.9.19

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire